projets internationaux

What is not visible is not invisible - 2016·2017

Singapour, Séoul, Bangkok

Julien Discrit, What is not visible is not invisible, 2008 Collection 49 Nord 6 Est – FRAC Lorraine, Metz (FR). Vue de l'exposition au National Museum of Singapour, 7 octobre 2016. © Julien Discrit
Julien Discrit, What is not visible is not invisible, 2008 Collection 49 Nord 6 Est – FRAC Lorraine, Metz (FR). Vue de l'exposition au National Museum of Singapour, 7 octobre 2016. © Julien Discrit
07.10
30.07
2017

Présentée National Museum de Singapour du 7 octobre 2016 au 19 février 2017, au Song Eun Artspace à Séoul du 24 mars au 20 mai 2017 et au BACC-Bangkok Art and Culture Center à Bangkok en Thaïlande du 15 juin au 30 juillet 2017, l’exposition « What is not visible is not invisible » invite à un parcours mental et sensoriel inédit, au cœur de l’éphémère et du sensible.

Le projet, conçu à partir de 34 œuvres choisies parmi les collections des 23 FRAC (Fonds régionaux d'art contemporain), réunit 32 artistes français et internationaux dont le travail a inspiré le contenu de l’exposition.

De la lumière aux ténèbres, du rêve au subconscient, de la vision à la sensation, l'exposition est un cheminement dans l’esprit humain et une exploration de ses capacités de vision.
Cette expérience se veut progressive, elle rappelle notamment le processus de la « Dream Machine » de Bryan Gysin et Ian Sommerville (1958) ; elle prend pour point de départ la capacité de l’art à modifier le regard et à ouvrir les portes de la perception, d’un point de vue aussi bien intellectuel que physique.

« J'ai eu un déchaînement transcendantal de visions colorées aujourd'hui, dans le bus, en allant à Marseille. Nous roulions sur une longue avenue bordée d'arbres et je fermais les yeux dans le soleil couchant quand un flot irrésistible de dessins de couleurs surnaturelles d'une intense luminosité explosa derrière mes paupières, un kaléidoscope multidimensionnel tourbillonnant à travers l'espace. Je fus balayé hors du temps. Je me trouvais dans un monde infini... La vision cessa brusquement quand nous quittâmes les arbres. »
(extrait du journal de B.Gysin, 21 décembre 1958).

Le parcours vise à faire accéder le visiteur à un nouvel état mental et sensible proche du rythme alpha, lorsque, dans une phase de pré-sommeil, en état éveillé, yeux fermés, le corps et l’esprit se détendent et l’activité rythmique cérébrale ralentit. Nous pensons que l'art peut aussi amener à des états similaires de concentration, provoquer des visions, des explosions de couleurs, des impulsions lumineuses, donnant accès à un monde infini de formes et d'idées.

Projet réalisé dans le cadre de la Biennale de Singapour 2016

  • Absalon, Louidgi Beltrame, Michel Blazy, Céleste Boursier Mougenot et Ariane Michel, Louis Cane, Martin Creed, Philippe Decrauzat, Edith Dekyndt, Julien Discrit, Richard Fauguet, Michel François, Aurélien Froment, Dominique Gonzalez-Foerster, Hans Haacke, Raymond Hains, Pierre Huygue, Ange Leccia, Claude Lévèque, Anthony McCall, Adrien Missika, Hans Op de Beeck, Philippe Parreno, Elisa Pône, Hugues Reip, Claude Rutault, Anri Sala, Sarkis, Alain Séchas, Su-Mei Tse, Ann Veronica Janssens
— Commissaire(s) : Laurence Gateau (Directrice des FRAC des Pays de la Loire), Anne-Claire Duprat (Platform)
Restez informé des actualités de Platform