exposition dans les murs

Bernard Cazaux : Comment j’ai trouvé certains de mes rochers ; parmi d’autres œuvres de la collection du Frac

Bernard Cazaux, Paroi dans le Printemps, 2013, Peinture à l'huile sur toile, à la base de la crête d'Espade dans le massif de Nouvielle.
Bernard Cazaux, Paroi dans le Printemps, 2013, Peinture à l'huile sur toile, à la base de la crête d'Espade dans le massif de Nouvielle.
26.02
21.08
2021

La genèse du travail de Bernard Cazaux ? Une planche de dessins de rochers dans le célèbre Voyage au Mont-Perdu (1801) de Louis Ramond de Carbonnières, l’un des premiers explorateurs de la haute montagne pyrénéenne dont son ouvrage est une référence dans l’histoire du pyrénéisme.

Au « Mont perdu », succède « la Recherche » : les gravures de rochers du premier donnent au second l’idée de partir à leur trousse. Il part à l’aventure, mène une investigation.

C’est l’état de cette recherche qui est partiellement présenté au Frac, à travers quelques-unes de ses œuvres emblématiques, réalisées à partir des rochers, sitôt retrouvés, sitôt interprétés de retour à l’atelier. Celles-ci font l’objet d’autres formulations, déployant d’infinies variations autour de ces matériaux bruts. L’ensemble est conséquent et protéiforme : ce sont des peintures « photo-réalistes » ou abstraites, des sculptures « ready-made », en granit ou façonnées dans le marbre, de toutes les tailles et suivant des dégradés de couleurs, des dessins au trait, des courbes de niveau traduites dans un tapis, des cartographies, des miniatures de rochers dépliés pour en comprendre le volume et épinglés comme des papillons dans une boîte.

Cet ensemble d’œuvres de l’artiste est complété par des pièces de la collection du Frac : le lien serait cette inspiration mystérieuse venue des montagnes. Celles-ci fonctionnent comme des aimants à l’horizon d’un paysage (Cassandre Cecchella) ou bien dès les manuels scolaires d’Histoire-Géographie (Pauline Bastard). Tandis que certaines déclinent l’attractivité que suscitent les sommets (photomontages de Benoît Maire), fascinants comme des décors de cinéma ou des posters domestiques – au risque de découvrir l’envers du décor (David Coste, Sammy Baloji), d’autres dévoilent le caractère graphique de pierres minérales naturelles (Richard Long, Dominique Ghesquière) ou le rythme d’une chaîne de montagnes à l’image d’une vague (Cool & Balducci). Une vie animale fait irruption, s’anime en cohorte organisée, telle une ode à la nature (Bertrand Dezoteux) ou se fige pour l’éternité dans un blanc sépulcral (Eric Poitevin) qui rappelle la neige sur laquelle s’enregistrent toutes traces de vie et de mort.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre plus global du projet d’expositions inter-régional intitulé
Ici commence le chemin des montagnes.
Initié par Marie Bruneau et Bertrand Genier, ce programme s’est déployé en 2020 en partenariat avec la Maison de la montagne à Pau, le Bel Ordinaire, espace d’art contemporain de la Communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées, à Billère, le Musée des beaux-arts de Pau, le Musée pyrénéen de Lourdes. Questionnant l’expérience et l’espace pyrénéens vus par les artistes, il est aussi l’occasion de déployer des œuvres de la collection du Frac dans chacun de ces lieux.

Avec le soutien du réseau ASTRE.

À télécharger

En savoir plus

Contact

MÉCA
5, Parvis Corto Maltese
33 800 Bordeaux

contact@frac-meca.fr
T. +33 (0)5 56 24 71 36

Heures d'ouverture

LUN
FERMÉ
MAR
13h-18h30
MER
13h-18h30
JEU
13h-18h30 / 21H (3E DU MOIS)
VEN
13h-18h30
SAM
13h-18h30
DIM
(1ER DU MOIS) 13h-18h30
Restez informé des actualités de Platform