Recent acquisition

Özgür Kar

Né en 1992 à Ankara (Turquie) / Vit et travaille à Amsterdam.

Özgür Kar, Let’s agree to agree with me, 2019. Vidéo sonore de 3 min sur TV, 200 x 95 x 50 cm. Achat à la galerie Édouard Montassut, Paris. Collection FRAC Champagne-Ardenne. ©DR
Özgür Kar, Let’s agree to agree with me, 2019. Vidéo sonore de 3 min sur TV, 200 x 95 x 50 cm. Achat à la galerie Édouard Montassut, Paris. Collection FRAC Champagne-Ardenne. ©DR
2020
Collection Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA

Özgür Kar, Let’s agree to agree with me, 2019. Vidéo 4K, son, TV Samsung 4K 75’’, pied, media player, enrouleur de câble électrique 3’ en boucle, 200 x 95 x 50 cm. Édition 1/3, Achat à la Galerie Edouard Montassut, Paris.
Collection Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA © Özgür Kar. Photo Jean-Christophe Garcia

Prenant racine dans le cinéma, le dessin et le graphisme, le travail récent d’Özgür Kar se concentre sur des animations en noir et blanc. Deux personnages, en tout point semblables, dessinés en lignes blanches sur fond noir, se font face. Ils semblent enfermés dans un écran au format portrait, comme celui d’une tablette ou d’un smartphone. Chacun à leur tour, ils répètent, tantôt séducteurs, tantôt menaçants, Let’s agree to agree with me [Sois d’accord avec moi]. Le contraste est fort entre l’écran géant – et son vaste potentiel technique – et l’extrême simplicité graphique des personnages. Özgür Kar s’intéresse à l’accroissement de la fatigue causé par les médias sociaux et la platitude du langage que l’on y trouve. Les nombreux choix de l’info-sphère ne créent pas le mouvement, la pensée intelligente, ni même le bonheur ; au contraire, ils renforcent la banale immobilité du solipsisme – le moi comme seule réalité possible. Avec ses hommes paralysés à l’intérieur de l’écran, l’œuvre joue sur l’envers de notre ultra-connexion, devenue hystérique. La pression autodestructrice d’assister en permanence aux performances des autres individus sur les médias « sociaux » se manifeste dans ces corps engourdis et engoncés. L’artiste expose des hommes sans défense, vulnérables, nus, sans protection, pris dans l’espace de la psyché masculine, dans une atmosphère de sexualité douce, non violente et pénétrable.

Özgür Kar, Let’s agree to agree with me, 2019. Vidéo sonore de 3 min sur TV, 200 x 95 x 50 cm. Achat à la galerie Édouard Montassut, Paris. Collection FRAC Champagne-Ardenne. ©DR
Özgür Kar, Let’s agree to agree with me, 2019. Vidéo sonore de 3 min sur TV, 200 x 95 x 50 cm. Achat à la galerie Édouard Montassut, Paris. Collection FRAC Champagne-Ardenne. ©DR
2020
Collection Frac Champagne-Ardenne

Özgür Kar, Let’s agree to agree with me, 2019.
Vidéo sonore de 3 min sur TV, 200 x 95 x 50 cm.
Achat à la galerie Édouard Montassut, Paris.
Collection FRAC Champagne-Ardenne. ©DR

Diplômé de la Gerrit Rietveld Academie et du Sandberg Instituut (Amsterdam), Özgür Kar a effectué une résidence à la Rijksakademie van beeldende kunsten à Amsterdam en 2019. Sa démarche s’inspire à la fois des séries d’animation diffusées sur MTV dans les années 1990, des cartoons « x-rated » (interdits aux mineurs) populaires dans le New York des années 1970, ainsi que des motifs de la culture turque et des réseaux sociaux. Il a présenté ses œuvres dans l’espace public (Oslo, 2019) et dans diverses expositions collectives : au Frans Hals Museum (Haarlem, Pays-Bas, 2019), à l’Emalin Gallery (Londres, 2018), au CAC Brétigny (2020) et au Palais de Tokyo (Paris, 2020). Son travail fait également l’objet de plusieurs expositions monographiques : à UKS (Oslo, 2019), à la galerie Édouard Montassut, qui le représente (Paris, 2020) et au Stedelijk Museum (Amsterdam, 2021).

Stay updated with Platform news