Acquisition récente

John Giorno

Né en 1936 à New York. Décédé en 2019 à New York.

John Giorno, Welcoming the Flowers, 2007. 18 sérigraphies et un poème sérigraphié. 41,9 x 41,9 cm chaque (hors cadre) / 46 x 46 cm (encadré). Édition 28/70. Collection Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA. © John Giorno. Photo Jean-Christophe Garcia
John Giorno, Welcoming the Flowers, 2007. 18 sérigraphies et un poème sérigraphié. 41,9 x 41,9 cm chaque (hors cadre) / 46 x 46 cm (encadré). Édition 28/70. Collection Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA. © John Giorno. Photo Jean-Christophe Garcia
2020
Collection Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA

John Giorno, Welcoming the Flowers, 2007. 18 sérigraphies et un poème sérigraphié. 41,9 x 41,9 cm chaque (hors cadre) / 46 x 46 cm (encadré). Édition 28/70.
Collection Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.
© John Giorno. Photo Jean-Christophe Garcia

Poète, performeur, artiste américain et fréquentant l’underground new-yorkais et la Beat Génération des années 1960, John Giorno a été très proche d’Andy Warhol (il fut acteur dans certains de ses films, dont le fameux Sleep), William Burroughs, Allan Ginsberg, Jasper Johns, Robert Rauschenberg ou John Cage... Il s’est fait notamment connaître par son Dial-A-Poem, service téléphonique de poèmes à distance en 1968. Il est l’auteur de très nombreux ouvrages de poésie, d’enregistrements sonores, d’œuvres vidéos et de performances. John Giorno est mondialement célébré dans de nombreuses institutions et galeries. Une grande exposition rétrospective de son œuvre (commissaire Ugo Rondinone) a été présentée au Palais de Tokyo à Paris en 2015-2016. Il a reçu le Prix d’honneur Bernard Heidseck en 2017 qui récompense un auteur pour l’aspect remarquable de l’ensemble de son œuvre.

Welcoming the Flowers de John Giorno est un ensemble de 18 sérigraphies issu du poème éponyme lui-même sérigraphié. Les phrases déclaratives qui composent ces Poem Paintings sont mises en page avec précision, en colonne sur plusieurs lignes justifiées à droite et à gauche, à la manière de titres de journaux. Les mots sont de taille et de couleur différente, vives ou pastel, comme pour en rythmer la lecture. Certains surgissent à la vue, d’autres, presque ton sur ton, nécessitent une attention particulière. Ces poèmes semblent mis en scène comme des slogans et agissent tels des « mégaphones visuels »1. Humour, générosité, engagement sociétal et politique sont récurrents dans les poèmes de l’artiste qu’il déclame avec une virtuosité de grand comédien. « Lorsque vous les interprétez, vous voyez quels vers illuminent le public. Et là vous vous dites : “Oh, ça, ça va fonctionner en peinture”» 2. John Giorno envisage la poésie à travers les arts visuels et peint son premier Poem Painting en 1968. Sa poésie écrite, chantée, performée, entre ainsi dans la vie comme défi et moyen d’action pour faire rêver, bouger et réinventer le monde. Ces phrases ou ces mots sont imprimés en grandes lettres capitales sur différents supports, tels que des bâches en plastique coloré comme des affiches publicitaires, des toiles tendues sur châssis comme des tableaux, des feuilles de papier distribuées aux passants dans la rue ou aux spectateurs de ses performances.

1 et 2. Laura Hoptman, « Les mots viennent du son : la vie artistique de John Giorno est une tuerie », in I Love John Giorno, Le magazine du Palais de Tokyo, 2015

Restez informé des actualités de Platform