Acquisition récente

Gina Pane

Née en 1939 à Biarritz, décédée en 1990 à Paris.

Gina Pane, Sans titre, 1966 Huile sur toile 90,5 x 117,5 x 2,3 cm Don de Anne Marchand, légataire universel de l'œuvre de Gina Pane. Collection Frac des Pays de la Loire. © Droits réservés
Gina Pane, Sans titre, 1966 Huile sur toile 90,5 x 117,5 x 2,3 cm Don de Anne Marchand, légataire universel de l'œuvre de Gina Pane. Collection Frac des Pays de la Loire. © Droits réservés
2020
Collection Frac des Pays de la Loire

Gina Pane,
Sans titre, 1966 Huile sur toile
90,5 x 117,5 x 2,3 cm.
Don de Anne Marchand, légataire universel de l'œuvre de Gina Pane.
Collection Frac des Pays de la Loire. © Droits réservés

Le Frac des Pays de la Loire conserve depuis 2002 un important dépôt de Gina Pane. C’est la sixième œuvre de l’artiste à rejoindre la collection, c’est aussi la seule peinture. Chaque œuvre de cette artiste dans la collection est issue de séries différentes : ses actions dans le paysages démarrées à la fin des années 60, ses performances ou encore ses partitions des années 1980.

Cette peinture est la plus ancienne jamais acquise de l’artiste. Après une formation de peintre dans les ateliers d’art sacré, Gina Pane travaille directement dans et sur la nature, réalisant des œuvres éphémères, qu’elle renseigne grâce à la photographie. Parallèlement à ces travaux, Gina Pane crée des installations qui s’inspirent de l’actualité politique et plus particulièrement de la destruction progressive de notre patrimoine naturel. A partir de 1969, gina pane se met en scène lors de séances qu’elle intitule « actions », où le public n’est pas seulement spectateur, mais participe par sa présence. Prenant pour sujet la condition féminine, sa propre histoire et parfois l’actualité politique, gina pane utilise son corps comme un médium essentiel, faisant parfois jaillir son propre sang, témoignage de l’énergie contenue dans l’enveloppe corporelle.

La peinture proposée, Huile sur toile, n° 26 a été réalisée après ses années de formation à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts et à l’Atelier d’Art Sacré. Elle fait partie d’un ensemble d’œuvres, fortement marquées par l’abstraction géométrique. Malévitch et les constructivistes russes en sont les principaux modèles. Elle leur emprunte l’usage de formes géométriques simples ou complexes, l’importance du contraste entre le noir et le blanc et l’emploi de couleurs franches et contrastées. Toutefois on perçoit très tôt chez Gina Pane un intérêt pour l’espace et le volume qui lui fait prendre ses distances avec les peintures parfaitement planes de ses maîtres. Elle tente de réaliser dans ses peintures ce qu’eux-mêmes recherchaient dans la réalisation de reliefs : le déploiement dans l’espace du vocabulaire géométrique du Suprématisme. En superposant plusieurs plages colorées et en exploitant les propriétés physiques de chaque couleur (notamment la sensation que les couleurs froides reculent et les couleurs chaudes avancent par rapport au plan de la toile), elle introduit le mouvement et une sensation d’espace dans ses tableaux.

Gina Pane a été célébrée par les plus grandes institutions internationales : en 1977 elle participe à la Dokumenta de Kassel, en 1979 le Centre Pompidou lui consacre une exposition personnelle. En 2008 Le Frac des Pays de la Loire avec la collaboration du Musée d’arts de Nantes organisait à la Hab Galerie une importante exposition de l’artiste et publiait un catalogue sur l’ensemble de sa carrière intitulé « Situation idéale ». Plus récemment son travail a été montré au Musac à Leon en Espagne, au Contemporary Art Museum de Houston ou encore au MART, Museo di arte moderna e contemporanea di Trento e Rovereto, Italie.

Restez informé des actualités de Platform