Acquisition récente

Claire Fontaine

Vivent et travaillent à Paris.

Claire Fontaine, Newsfloor (Libération), 2019. Edition contemporaine du journal français Libération, colle. Dimensions variables. Edition de 1 (+ 1 EA). Achat auprès de la galerie Neu, Berlin. Collection 49 Nord 6 Est - Frac Lorraine. © droits réservés.
Claire Fontaine, Newsfloor (Libération), 2019. Edition contemporaine du journal français Libération, colle. Dimensions variables. Edition de 1 (+ 1 EA). Achat auprès de la galerie Neu, Berlin. Collection 49 Nord 6 Est - Frac Lorraine. © droits réservés.
2019
Collection 49 Nord 6 Est - Frac Lorraine

Claire Fontaine,
Newsfloor (Libération), 2019.
Edition contemporaine du journal français Libération, colle. Dimensions variables.
Edition de 1 (+ 1 EA).
Achat auprès de la galerie Neu, Berlin.
Collection 49 Nord 6 Est - Frac Lorraine. © droits réservés.

Claire Fontaine a été fondé à Paris en 2004 et se présente comme un « artiste ready-made », créant des sculptures, des peintures, de textes, des vidéos et des installations. Claire Fontaine s’approprie des symboles de la culture occidentale - jusqu’au nom d’une célèbre marque de papeterie française comme patronyme - pour dénoncer les abus du monde contemporain. Elle s’approprie des signes de la culture populaire ou artistique – principalement le travail effectué dans les années 1960-1970 par les artistes minimalistes, conceptuels et situationnistes – pour critiquer, dénoncer ou questionner le monde et le monde de l’art en particulier, liant ainsi art et politique et cherchant à interpeller le public. Souvent activiste et provocateur, le travail de Claire Fontaine peut également être perçu d’un point de vue poétique, ironique ou subtil, dans sa mise en évidence des paradoxes activés par les dynamiques sociales actuelles.

L’œuvre immersive Newsfloor est spécifique au lieu dans laquelle elle est présentée. Un journal emblématique de chaque pays est défini par le duo d’artistes : Libération pour les expositions se tenant en France, Der Standard en Autriche, ou encore Il Manifesto pour celles en Italie. L’activation de l’œuvre se fait avec les pages des exemplaires contemporains de l’exposition qui viennent tapisser le sol.

Le geste de Claire Fontaine questionne la valeur d’utilisation de ces supports imprimés qui traversent une crise à l’heure de la dématérialisation de l’information et de la disponibilité en ligne de tout contenu. Cette surabondance de l’information se produit en parallèle d’une mise à mal de la liberté d’expression, notamment par les ‘Fake News’, sources d’une réelle remise en question de la nature de cette liberté.

De par sa nature cette œuvre possède une obsolescence. En effet, elle ne sera plus activable lorsque les rotatives n’imprimeront plus le journal. Une réflexion sur l’archivage de l’œuvre, mais aussi d’un média populaire qui n’existera peut-être plus dans quelques années, en tout cas plus sous la même forme, est une des composantes essentielles du processus activé par cette œuvre. On peut également y voir une référence plus historique, puisque Matisse utilisait ce moyen de protection dans son atelier, comme de nombreux artistes.

Restez informé des actualités de Platform