Acquisition récente

Anna Solal

Née en 1988 à Dreux / Vit et travaille à Pantin.

Anna Solal, Graille sans couvert, 2019. Photographie, écrans de smartphone brisés, chaîne de vélo, crayons de couleur sur papier, plexiglas. Achat à la New Galerie, Paris Collection Frac Bretagne. © droits réservés
Anna Solal, Graille sans couvert, 2019. Photographie, écrans de smartphone brisés, chaîne de vélo, crayons de couleur sur papier, plexiglas. Achat à la New Galerie, Paris Collection Frac Bretagne. © droits réservés
2020
Collection Frac Bretagne

Anna Solal,
Graille sans couvert,
2019.
Photographie, écrans de smartphone brisés, chaîne de vélo, crayons de couleur sur papier, plexiglas.
Achat à la New Galerie, Paris
Collection Frac Bretagne. © droits réservés

Anna Solal, Le déjeuner sur l’herbe, 2019. Photographie, écrans de smartphone brisés, fil de fer. Achat à la New Galerie, Paris Collection Frac Bretagne. © droits réservés
Anna Solal, Le déjeuner sur l’herbe, 2019. Photographie, écrans de smartphone brisés, fil de fer. Achat à la New Galerie, Paris Collection Frac Bretagne. © droits réservés
2020
Collection Frac Bretagne

Anna Solal,
Le déjeuner sur l’herbe,
2019.
Photographie, écrans de smartphone brisés, fil de fer.
Achat à la New Galerie, Paris
Collection Frac Bretagne. © droits réservés

Anna Solal, Brush, 2019. Écrans de Iphone, dessin au crayons de couleur sur papier, maquillage, fil métallique, plexiglas, autocollants, attaches plastiques, 70 x 50 cm. Œuvre unique, Achat à la New Galerie, Paris. © Adagp, Paris. Photo Jean-Christophe Garcia.
Anna Solal, Brush, 2019. Écrans de Iphone, dessin au crayons de couleur sur papier, maquillage, fil métallique, plexiglas, autocollants, attaches plastiques, 70 x 50 cm. Œuvre unique, Achat à la New Galerie, Paris. © Adagp, Paris. Photo Jean-Christophe Garcia.
2020
Collection Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA

Anna Solal, Brush, 2019.
Écrans de Iphone, dessin au crayons de couleur sur papier, maquillage, fil métallique, plexiglas, autocollants, attaches plastiques, 70 x 50 cm.
Œuvre unique, Achat à la New Galerie, Paris.
© Adagp, Paris. Photo Jean-Christophe Garcia.

Anna Solal est diplômée en 2014 de l’École nationale supérieure des Arts Visuels de La Cambre (Bruxelles, Belgique). Elle participe à un échange avec le Central Saint Martins College (Londres) en 2013. Son travail a été exposé en France et à l’international, comme par exemple au Parc Saint Léger à Pougues-les-Eaux, au Palais de Tokyo à Paris ou encore à la Rijksakademie à Amsterdam. Elle fut lauréate du prix Meurice pour l’art contemporain en 2018 et du concours Mezzanine Sud – prix des Amis des Abattoirs en 2020.

Brush est un dessin composé d’objets hétéroclites, issus du quotidien, entourant le portrait d’une femme qui ne nous donne à voir que sa chevelure. Elle se peigne avec une brosse ronde à brushing. Le pourtour est minutieusement agencé de boîtes de maquillage rosé, d’attaches en plastique et d’écrans d’Iphone qui encadrent le geste banal du per- sonnage. Brush fait partie d’un projet global de trois expositions intitulé « Une maison pour quelqu’un qui n’existe pas » qui a amené Anna Solal à présenter son travail à Futura à Prague (« La salle de bain »), au centre d’art contemporain La Passerelle à Brest (« Le jardin ») et à la galerie Édouard Manet à Gennevilliers (« La zone, le jardin »).

Anna Solal appartient à une nouvelle génération d’artistes qui se distingue par une prédilection pour le « fait main » et le croisement sans hiérarchie de process empruntés à l’art et à l’artisanat. Elle produit ainsi des assemblages à partir d’objets rebuts (écrans brisés de smartphones, semelles de chaussures, bouts de moquettes, etc.) qu’elle glane aux cours de ses déambulations et qu’elle combine à des objets cheap (grattoirs, peignes, barrettes à cheveux, pinces à linge, chaines de vélo) issus d’une économie mondialisée. Elle y insère des photographies de groupes d’hommes, de bâtiments désaffectés et de délicats dessins au crayon de couleur à l’iconographie toute classique, natures-mortes ou femmes à la toilette. Entre logos industriels post-apocalyptiques et bricolages primitifs, ses œuvres déclinent un registre de motifs à l’esthétique à la fois naïve, pop et trash : des fleurs, des oiseaux, des cerfs-volants et des ruches. Aucune intention discursive ne précède le geste. Sans rapport de domination à la matière et avec une certaine empathie pour ses matériaux dénués de valeur, Anna Solal procède, pour construire ses puzzles-rébus, par hésitations et par touches successives, dans un va et vient incessant entre ce que la forme suggère et ce vers quoi elle veut aller. (Lionel Balouin)

Restez informé des actualités de Platform